Buenos Aires

[Version française en bas de page]

After an inevitable plane journey of delays and terrible food, here we are, our first stop of our “Food & Wine Trip” : BUENOS AIRES !

We’ve wanted to come here first as Argentina offers two vitals elements for us : amazing “carne” and (altitude) wines made in magnificent vineyards. 

And as we are discovering, we realise that there is so much more to experience…

The city of the porteños is immense, from the size of its buildings to the ground it covers. For this, it has very american feel but with clear european influence. We are not as disorientated as we thought we would be.

We have been staying in Palermo, a central and hip district of BA (where we spent a lot of time in restaurants and bars), which is close enough for us to walk to the most exciting bits :

  • The impressive Recoleta cemetery (where Eva Perón rests),
  • el Ateneo Grand Splendid (huge bookstore in an old theatre, which lives up to its name),
  • The MALBA (for a modern art fix),
  • The historical Plaza de Mayo, where democracy is tried.

And we have managed this without getting killed by the crazy local drivers, especially on the 14 lane roads! No joke.

For the more tranquilo areas, not so close, we’ve taken the bus, the subte (local underground) and fortunately travelled in our friends car to:

  • The old fashioned world meeting the new bohemian style in the heart of San Telmo,
  • La Boca. The gritty BA where we walked on the “real streets” to reach the disneyland of Tango, a meek representation of what the area once was.
  • La feria de Mataderos, the true feel (we were probably the only tourists there) of a BA day feria with local crafts, dancing and music. We are sure it hasn’t changed for the last 50 years!

The highlights end here.

Let’s talk about our main subject. What is the food in Buenos Aires? And how is it?

The answer is easy. MEAT and GOOD.

Ok, going a little bit deeper, Argentine cuisine isn’t the most elaborated of all cuisines BUT it is very tasty. This is thanks to their perfect base products and by this we mean their beautiful cows.

Here carne (meat) is beef only. Of course, they eat chicken and pork, but these are vegetarian options! First, this is 100% true as we’ve seen in a tango club that only sells vegetarian food, jamon as a dish. Secondly, there is simply NO vegetables available aside from potatoes (in all its forms).

The most important thing here is the parrilla which become an asado when you gather with friends, and enjoy a good few hours eating it together. From offal to the prime cuts, these are slowly cooked on the parrilla, a large wood fired BBQ. We mainly tried morcilla (pronounced ‘morcicha’, a blood sausage), and the famous bife de chorizo (sirloin) and bife de lomo (fillet). They are extremely tender, even though overcooked for our taste (order it jugoso, and you’ll get it served medium). It doesn’t matter, it is still juicy and delicious! And it’s even better when eaten with chimichurri! We could write a whole post about this sauce/seasoning as it is another vast subject and we are completely addicted.

They also have the street food/traditional version of it : served in a bread roll, called choripan or vaciopan, once again very tasty and cheaper! It seems to be the local option at lunch, if they’re not tucking into empanadas.

Empanadas… This could go on for a while but we will keep it brief for today!

These lovely steaming filled pastry treats are served in most places and in various guises, from carne to carne picante (allegedly spicy), pollo (chicken), verduja (usually spinach & béchamel, THE real veggie option), queso & jamon (maybe veggie too?), and various other flavours depending on family or regional traditions. We ate these a lot, in restaurants, to street corners and even with a delivery service (where they turn up in a box like a pizza with a map of the different flavours according to design and shape of the pastry). The stand out ones we ate were in a little place called La cocina  close to Pueyrredon station but we were pleasantly surprised by the quality of the delivery ones.

TBC…

Now for the wine.

BA, being a capital city, gives you the opportunity to buy wine from all regions. And everyone drinks it, anywhere! They are not expensive but not cheap either, and weirdly the price is not much different from restaurants to shops. Each shop applies a completely different price for the same bottle, the cheapest would be in the corner shop (“chinos” as locals call them, without racist intent), whereas the supermarket and proper wine shops would charge almost double. We’ve had some really good ones to mediocre. We will write more about it when we’ll reach the famous wine regions across the country.

Last thing, but by no means least : INFLATION.

The last 4 years have seen a minimum inflation of 20% each year and 41% since January 2016. This is not a cheap country to travel as we are realising now! It is difficult to imagine living with this increase day after day without it changing your life.

We would like to give a special to thanks to Amelia, Enzo & friends, Facu & Marion for your help and precious time.

And a not-so-special thanks to the organised queues, dog shit on the pavement and the crazy bus drivers!

All in all, Buenos Aires, you have been a great start to our trip.

Now, we are ready for 20 hour bus trip to the north!

Chicos Tim & Mathilde

 

Après un long voyage rythmé par des retards inévitables et des plateaux repas peu ragoûtants, nous voici arrivés à notre première destination de notre “Food & Wine Trip” (on le garde en anglais celui là) : BUENOS AIRES !

On a toujours voulu venir en Argentine, chacun pour les même raisons, pour ses deux éléments vitaux : la viande et le vin!

Et maintenant que nous nous sommes un peu imprégnés de l’endroit et de la culture, on se rend compte qu’elle a bien plus à nous offrir…

La ville des porteños est gigantesque, de la taille de ses immeubles à sa superficie. On a un peu l’impression d’être aux USA tout en observant une nette influence européenne. On n’est pas aussi dépaysés qu’on ne l’aurait pensé.

On a logé à Palermo, un quartier assez central, un peu “hip”, qui bouge bien (on a passé pas mal de temps dans les bars et les restos) et qui nous a permis de nous rendre partout (ou presque) à pied, et de découvrir :

  • Le cimetière de Recoleta, où les tombes ne sont pas des tombes mais de vrais édifices, impressionnant. Et où Eva Perón repose en paix.
  • el Ateneo Grand Spendid, un ancien théâtre converti en une immense libraire, où on a passé quelques heures facile.
  • Le MALBA, pour un petit shoot d’art moderne, ça ne fait pas de mal (sauf peut-être l’expo de Yoko Ono, mais c’est un autre débat).
  • La Plaza de Mayo, place historique, berceau de l’indépendance de l’Argentine, et scène de sa vie politique.

Tout ça sans se faire tuer par les hordes d’automobilistes fous furieux prêts à tout dégommer sur leur passage. Sans blague.

Pour les quartiers plus reculés, on a pris le bus, le subte (métro local) et on s’est fait transporter dans la voiture de nos potes pour aller à :

  • San Telmo, où le vieux cohabite avec un style bohémien plus moderne. Ca grouille de petits marchés, c’est chouette.
  • La Boca. Le Buenos Aires un peu désuet, où on a du mal à imaginer le tango être dansé passionnément tant l’endroit ressemble à un mini Disneyland sans trop d’âme.
  • La feria de Mataderos, le vrai, l’authentique “feel” de BA. Une petite fête de quartier de jour où se mêlent danse, chant, musique (sans ingé son, ça fait très mal aux oreilles) mais aussi bouffe, artisanat etc… L’endroit n’a pas dû beaucoup changer depuis les 50 dernières années, facile!

Finissons en avec les énumérations.

Et parlons du vrai sujet, qui doit alimenter cette page.

Qu’est ce qu’on mange à Buenos Aires? Et c’est comment?

Facile : de la VIANDE et BON !

Ok, levons un peu le débat. La cuisine argentine n’est peut être pas la plus élaborée de toutes les cuisines mais ce qu’elle est goûteuse! Et ce grâce à la qualité incroyable de ses produits de base, et par là on parle bien évidemment de ses vaches. Ici la carne, c’est le boeuf. Point. Bien sûr, ils mangent aussi du porc et du poulet, mais ce sont des options plus “végétariennes” dirons nous. Vrai de vrai, on est allé dans un club de tango qui ne servait que de la nourriture végétarienne, des empanadas au jambon inclus. Et puis, à part des pommes de terre, les légumes on ne les voit pas beaucoup dans les resto, alors fais toi plaisir, mange un bon poulet, et tu seras végétarien à nouveau demain matin.

La chose la plus importante ici, par respect pour la vache (et les autres aussi), c’est de la cuisiner à la parrilla, qui devient un asado quand on se rassemble entre amis autour d’une table pour la déguster. Tout, des abats aux morceaux les plus nobles, est cuit sur cette parrilla, un grand barbecue au feu de bois. On a goûté la morcilla (prononcez ‘morcicha’, une sorte de boudin), et les fameux bife de chorizo (entrecôte) et bife de lomo (filet). C’est extrêmement tendre, même si trop cuit à notre goût (jugoso = a point, le minimum). Mais c’est tellement ‘juicy’ et délicieux, que ça n’a pas d’importance. A accompagner avec de la sauce chimichurri et c’est perfecto! (on écrira peut être un post entier sur le chimichurri tellement on en est devenu accro…)

Ils ont aussi leur version street food, traditionnelle : servis en sandwich, le choripan ou le vaciopan, encore une fois très goûteux sont beaucoup moins coûteux! Et semblent être l’option lunch des locaux quand ils ne croquent pas dans une empanada.

Les empanadas… On pourrait en parler pendant des heures, mais on fait bref pour aujourd’hui.

Ces petits chaussons de pâte à pain ou pâte brisée fourrés à ce qu’on veut sont servis un peu partout ici, de carne à carne piquante (pas très piquante), pollo (poulet), verduja (epinards et béchamel, la vraie option veggie), jamon y queso etc… On en a beaucoup (trop) mangé, dans les restos, au coin d’une rue en vitesse, et on s’en est même fait livrer à domicile comme on se fait livrer des pizzas chez nous! Les meilleurs sont à La Cocina, un petit rad en plein centre ville. Simple, pas cher, delicieux! A tester sous toutes ses formes, cuisinés selon les traditions familiales et régionales aux quatre coins du pays.

A suivre donc…

Maintenant, le vin.

Buenos Aires étant une capitale, offre un large choix de vins argentins (pas vu de vin français) de toutes les regions. Tout le monde en boit, partout. Le vin, ici, n’est pas cher mais n’est pas bon marché non plus. Bizarrement, les prix ne varient pas tellement du caviste au restaurant. En revanche chaque marchand applique un prix différent de son concurrent. Les petites épiceries (“chinos” comme ils les appellent ici, sans racisme aucun) ont les meilleurs deals, tandis que supermarchés et cavistes peuvent facturer jusqu’à 40% plus cher pour la même bouteille. Drôle de système… On a bu du bon vin, et du vin plus mediocre. On écrira plus à ce sujet dès qu’on aura atteint les premiers vignobles du pays.

Dernier point, et pas des moindres : L’INFLATION.

Voilà quelques années que le pays subi une inflation sans fin. De 20% à 40% par an, on est à 41% depuis janvier 2016. On a vite réalisé que notre budget ici allait être quelque peu chamboulé et revu à la hausse. On n’arrive pas à imaginer non plus comment font les argentins pour vivre normalement. Enfin si, on s’imagine. Mal et à crédit.

Pour finir ce premier post, un grand merci à Amelia, Enzo & friends, Facu & Marion pour leur aide et leur temps précieux.

Et un petit merci aux files d’attente ultra organisées (désarmant), aux crottes de chiens sur le trottoir (qui ont repeint plus d’une fois mes chaussures) et aux tarés de conducteurs de bus!

Buenos Aires, tu as été un super point de départ.

On est prêts pour 20h de bus maintenant, direction le nord!

Chicos Tim & Mathilde

Advertisements

3 thoughts on “Buenos Aires

  1. Asado, empanada, locro, pizza. But i like other places of Argentina. Buenos Aires está (far away) muy lejos de donde vivo. Toda la Argentina es linda, the best La PATAGONIA! But, la verdad esta todo muy caro ( very expensive!= sobre todo acá en el South if country. Sorry I can’t speack english jajaja. Saludos.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s